Le Portugal de Voltaire: un royaume sans lumières

Voltaire Foundation

Daumier Honoré Daumier, jésuite cherchant à détériorer la statue de Voltaire. Lithographie parue dans Le Charivari du 22 septembre 1869.

Voltaire a très tôt développé une piètre opinion de la culture portugaise et de ses élites. Ses idées s’étant formées au contact des Lettres persanes de Montesquieu et des Lettres juives du Marquis d’Argens, le Portugal lui apparaissait peuplé d’individus vains et orgueilleux, et la cour portugaise lui semblait un endroit triste et de peu d’agréments (voir la lettre au marquis d’Argenson du 16 avril 1739). La toute-puissance de l’Inquisition, qui dans Candide persécute les innocents suite au terrible tremblement de terre survenu à Lisbonne en 1755, entérine un jugement déjà sévère. Si Voltaire applaudit à l’expulsion des Jésuites du royaume en 1759, orchestrée par le très puissant premier ministre le Marquis de Pombal, il ne révisera plus son opinion sur la monarchie lusitanienne. C’est qu’en 1761 le père Malagrida est brûlé…

View original post 1,011 more words

Calendario degli esami

Qui troverete il calendario degli esami. Sono indicati tutti gli appelli previsti fino al 18 febbraio 2019 (ovviamente è possibile che alcune date siano modificate, ma verrete sempre avvisati).

Ricordo che le studentesse e gli studenti che debbono sostenere gli esami con i programmi della professoressa Giulia Belgioioso e della professoressa Siegrid Agostini (facoltà di Scienze della formazione) debbono iscriversi ai mie appelli portando tranquillamente il programma in loro possesso o concordato.

Poiché per i vostri appelli non è possibile l’iscrizione on line siete pregati di presentarvi all’appello con lo statino debitamente compilato poiché si procederà con la verbalizzazione cartacea.

Les Singularités de la nature

Voltaire Foundation

Note manuscrite Note manuscrite de Voltaire dans l’Histoire naturelle de Buffon, 15 vol. (Paris, 1749-1767), BV572, cote 6-295, t.1, face à la page 64 (Bibliothèque nationale de Russie, Saint-Pétersbourg).

On ne se trompera pas beaucoup en affirmant que Les Singularités de la nature sont l’œuvre de Voltaire la plus méconnue – que ceux qui l’ont lue en entier ou à peu près lèvent la main! Les critiques les mieux disposés à l’égard du philosophe la couvrent d’un voile pudique et passent leur route, accréditant un peu plus l’image caricaturale faite d’idées reçues et de jugements à l’emporte-pièce et parfaitement résumée dans cette déclaration d’Emile Guyénot: ‘Il est vraiment difficile de dissimuler sous des prétentions à l’esprit autant d’ignorance, de mauvaise foi, de suffisance et de simple bêtise’.[1] On trouvera d’autres citations du même acabit dans l’édition critique qui vient de paraître (Œuvres complètes de Voltaire, t.65B) et…

View original post 715 more words